La Fromagerie est une institution dans le centre-ville d’Arlon. À l’approche des fêtes de fin d’année et en pleine saison des raclettes, nous sommes allés à la rencontre de Benjamin Sigard, le maitre des lieux.

Il existe des commerces dont on a l’impression qu’ils ont toujours fait partie du paysage de la ville. La Fromagerie est l’un d’entre eux. Présent dans la Grand Rue depuis des décennies, la boutique a été reprise il y a quelques années par Benjamin Sigard et son épouse Christelle Parent, qui tient également une fromagerie dans le centre de Bastogne. Une volonté de reconversion professionnelle qui était présente depuis de nombreuses années, mais qui ne s’est pas faite en un claquement de doigt. « Nous étions dans l’horeca mon épouse et moi-même. L’envie de nous lancer était bien présente mais avec nos quatre enfants qui étaient encore petits à l’époque, c’était un peu compliqué » nous explique Benjamin Sigard, le gérant de la boutique.

Benjamin de la Fromagerie à Arlon

« Puis un jour, La Fromagerie d’Arlon était à remettre suite à des soucis de santé. L’occasion était trop belle pour nous car j’ai toujours aimé cette boutique. De par notre formation en hôtellerie, nous avions déjà une bonne base. La suite s’est fait « sur le terrain ».

Retour vers le terroir ?

Celui qui préfère se décrire comme un crémier et non un fromager, car il « ne fabrique pas » de fromages, explique que son rôle au quotidien consiste à toujours avoir « un comptoir bien achalandé avec des produits classiques et originaux, que je connais et donc que je peux vendre et conseiller avec facilité ». En professionnel aguerri, Benjamin Sigard remarque également des changements dans les modes de consommation. Les Gouda, Comté et Orval restent des valeurs sûres et sont indétrônables sur le podium des fromages préférés des belges, mais il observe une demande de plus en plus importante pour les fromages sans lactose. Ce qui ne pose aucun problème au maitre des lieux, qui dispose de plusieurs alternatives aux fromages traditionnels.

Aussi surprenant que cela puisse paraitre, le secteur du fromage suit des tendances. Et force est de constater que les consommateurs tendent à opérer un retour aux sources, selon le crémier.

« Les gens sont de plus en plus demandeurs de produits fermiers et artisanaux. Les fromagers industriels sont un peu en perte de vitesse, me semble-t-il »

« Je ne peux pas me permettre de juger les fromages industriels ou du supermarché. Mais je suis toujours surpris du nombre de personnes qui me disent qu’ils goûtent la différence entre un fromage coupé minute devant lui et celui en barquette coupé depuis longtemps ».

D’ailleurs, chez les Sigard-Parent, les fromages locaux ont la part belle. « Le fromage que nous avons toujours sur notre plateau à la maison est le Petit Metzertois. Un fromage fermier de la région qui n’est ni trop fort ni trop neutre. Il plaît à toute la famille » nous dit Benjamin.

Comment réussir sa raclette ?

Les soirées sont longues, les températures dégringolent, les plaids sont de sortis et les fêtes de fin d’année approchent à grands pas : bref, la saison des raclettes bat son plein ! Derrière les étals de La Fromagerie, cinq fromages sont les stars incontestées de la raclette : le Suisse, le Français, au poivre, fumée ou au brebis. Mais le crémier nous le glisse à l’oreille, « la raclette Suisse du Valais reste la plus gouteuse ».

 

Benjamin nous explique aussi qu’il est tout à fait envisageable de réaliser une raclette avec certains fromages belges. Tous ne conviennent pas, mais certaines pièces de caractère révèlent de jolies surprises à la dégustation. Quel que soit le fromage que vous choisissez, la secret d’une raclette réussie réside dans la délicatesse avec laquelle vous traiterez le fromage.

« Mon conseil simple pour bien déguster le fromage à raclette est de ne pas trop le chauffer. Il faut le laisser simplement fondre pour qu’il ne se dissocie pas. Cela permettra de ne pas avoir cette impression de graisse qui coule dans votre assiette »

« Le fromage est généralement coupé en tranches pour les appareils classiques. Cependant nous proposons en location des appareils « comme à la montagne » pour mettre des ¼ ou ½ roue de fromages »

Enfin, le plus célèbre crémier du chef-lieu nous conseille d’accompagner ce plat d’hiver d’un Apremont de Savoie. « C’est un vin blanc sec et léger qui passe très bien avec un fromage chaud qui lui sera plus lourd. Mais nous avons d’excellent cavistes dans la région qui proposent d’autre vins surprenants et qui pourront accompagner la raclette » conclut-il.

La Fromagerie                                                                                                               38, Grand Rue
6700 Arlon

Renseignements sur le site web en cliquant ici ou au 063/21.79.69

Ouvert le mardi et le mercredi de 9h à 12h et de 14h à 18h, ainsi que le jeudi, vendredi et samedi de 9h à 18h non-stop.