La radio Métropole n’est pas encore forcément connue du grand public. Pourtant, elle a su se faire une place de choix au sein des radios locales. Rencontre avec Maxence Lacombe, animateur radio depuis trente ans.

«Vous êtes sur Métropole. Ce week-end, ne ratez pas le festival de l’escargot devant Meix-devant-Virton avec une course de limaces ! », s’élance Maxence Lacombe en plaisantant. Cet animateur qui a la « tchatche », mais surtout la passion des ondes dans la peau est un vieux de la veille en matière de fréquence ! Originaire de Genval dans le Brabant Wallon, Maxence fait de la radio “depuis qu’elle est en noir et blanc! C’est-à-dire depuis les années 80 » explique-t-il en rigolant.

Après avoir débuté sa carrière radiophonique à Charleroi dans une radio qui se nommait … Métropole – ça ne s’invente pas – Maxence est aujourd’hui animateur au sein de cette radio qui émet à la fréquence 106.5 FM en Gaume et la fréquence 97.2 FM en Lorraine. Au côté de dix collègues, sa mission consiste à exister entre les morceaux, pour que la radio ne s’apparente pas à un jukebox sans âme. « Il faut être aussi émouvant, bon, captivant que les morceaux qui passent. Quand j’ai la parole, j’essaye de raconter ce qu’il se passe au niveau culturel dans la région. C’est l’objectif d’une radio régionale » nous explique-t-il.

Une radio humaine

Il nous présente Métropole comme une radio qui a su faire son nid dans le paysage hertzien du sud de la Belgique.

« C’est la radio qui vous fait pousser des poils et qui vous remplit d’émotion toutes les 3 minutes ! ».

Chez Métropole, le slogan est sans équivoque : Vos plus belles émotions ! Pour Maxence, « c’est comme les merveilleux que votre maman vous faisait quand vous étiez petit. Ici, c’est pareil toutes les 3 minutes. C’est l’effet ‘waw, c’est génial, ça vient me réjouir’ ». Une mission qui est naturelle pour les animateurs de la chaine, puisqu’ils considèrent que l’émotion est avant tout humaine. Ils comparent même les morceaux qu’ils diffusent à un buffet composé de nos plats favoris : quel que soit le choix, cela nous plaira et nous submergera de bonheur.

L’autre atout de Métropole réside dans son indépendance par rapport aux maisons de disque. Alors que les grandes chaines de radio nationales sont formatées avec les majors, la petite chaine du Sud-Luxembourg possède une totale liberté dans la composition de ses playlists.

« Dans les grandes radios, on les sollicite pour passer des tubes du moment et si possible, avec de grandes rotations. Ici, il y a un vrai travail sur la programmation avec des vrais cerveaux, qui se demandent ce qui ferait plaisir aux auditeurs » conclut Maxence.