Notre région regorge de talent, même sur Internet. A 25 ans, Marine Eloy est une blogueuse mode qui souhaite redonner confiance aux femmes, quel que soit leur taille ou poids.

Sur Internet, les influenceuses et autres adeptes des réseaux sociaux sont légions. Ils dispensent des conseils sur leur domaine de prédilection et les meilleurs sont suivis par des milliers, voire des millions d’aficionados. Dans ce domaine, les talents de notre région ne sont pas en reste. C’est le cas notamment de Marine Eloy, une blogueuse mode de 25 ans qui compte près de 5000 abonnés sur Instagram, et enregistre entre 400 et 1000 visites/jour sur son blog.

Dans un univers où la multiplication des blogeurs complique la tâche pour se faire une place au soleil, le travail de la blogueuse originaire de la province de Luxembourg mérite d’être mis en avant. Marine partage quotidiennement son opinion sur la mode et prodigue des conseils avisés à ses fans sur son blog Curvy Blue Marine

Après avoir fait ses études secondaires à l’école Saint-Benoit d’Habay, la jeune femme a étudié l’architecture d’intérieur à Liège et a poursuivi à Bruxelles avec un master en social design, une toute nouvelle spécialisation qui vise à faire du design utile en traitent des causes écologiques ou des problématiques de société. Même si ce master n’a pas répondu à ses attentes, Marine en retire tout de même du positif. “Je ne connaissais personne en arrivant à Bruxelles et je m’ennuyais tellement en cours que c’est à ce moment là que l’idée de créer mon blog est née” nous explique-t-elle. “Il m’a permis de me créer un réseau amical et professionnel tant sur Bruxelles que sur Arlon, d’apprendre un tas de choses par moi-même et surtout d’avoir un échappatoire pour m’aider à continuer ce master qui était très pénible pour moi”.

Sa page Facebook et son blog regorgent de trucs et astuces, de bonnes adresses, de récits de voyages, de billets humeur, et surtout de conseils pour reprendre confiance avec son corps et l’aimer à sa juste valeur, que l’on fasse une taille 38 ou 50. « De nombreuses filles/femmes connaissent la même galère que moi quand il s’agit de s’habiller. Je déplore que nous devions laisser tomber l’aspect coquetterie sous prétexte d’avoir des kilos en trop, des formes ainsi que le fait de fuir le miroir de peur d’affronter notre reflet imparfait” nous dit Marine.

J’aurais tellement aimé avoir quelqu’un qui me dise quand j’étais plus jeune que ce n’est pas grave d’être différent et que je n’étais pas toute seule. Malheureusement, cela ne fut pas le cas et c’est la raison principal de ce blog: représenter la mode pour toutes les tailles et toutes les morphologies”

Changement de mentalité ?

Marine Eloy travaille régulièrement avec des marques de mode ou de beauté, comme Zalando, Prima Donna, Rose Clotilde ou encore Pampleon Paris. Mais pas question de faire du placement de produit à l’insu de son public. La transparence est reine à ses yeux. “Je choisis bien mes collaborations et les accepte que si elles sont en accord avec mes goûts, mes valeurs et mes principes. Ensuite, je suis toujours honnête : j’ai d’ailleurs déjà mis en colère plusieurs marques parce que j’ose dire quand quelque chose ne va pas” raconte Marine. Tant sur le blog que sur Instagram, je dis quand je reçois des produits avec un #ad ou #spon ou simplement en mentionnant que c’est une collaboration”.

Contrairement à ce que veut parfois nous faire croire la société, la jeune femme est intimement persuadée que la mode et la beauté sont accessibles à toutes les femmes, indépendamment de leur poids ou de leur taille. Un engagement qui trouve ses racines dans l’histoire de Marine. “Durant ma jeunesse, parfois encore aujourd’hui, j’achète des magazines de mode. Je ne ressemblais en rien à ces modèles et me suis posée mille questions: “Pourquoi je n’étais pas comme elles ? Est-ce que j’étais normale ? J’ai énormément complexé sur ma morphologie et mon poids simplement parce que je n’étais jamais représentée dans la société et que je ne correspondais pas à ses diktats” nous confie la jeune femme.

Marine comprend rapidement qu’elle est comme les femmes de sa famille, avec des rondeurs. Elle fait la taille 46. Mais cette image ne correspond pas à celle envoyée par les maisons de mode. « Mon parcours m’a amené à prendre confiance en moi et à m’affirmer. C’est plus tard avec les blogs, Instagram que j’ai commencé à suivre des mannequins, influenceuses grandes tailles comme Ashley Graham, Camille Talks, Stephanie Zwicky et que j’ai pris conscience que des filles comme moi existaient et rayonnaient” raconte-t-elle. “Je les trouvais magnifiques. Mon parcours m’a amené alors à prendre confiance en moi et affirmer qui j’étais après x tentatives de régimes drastiques qui ne fonctionnaient pas, n’étaient pas sain pour ma santé et me rendaient malheureuse”.

Aujourd’hui, la blogueuse observe des changements profonds au sein de la société, notamment chez les plus jeunes générations. “J’observe que ma communauté est de plus en plus désireuses de vêtements éthiques et écologiques. Nous sommes de plus en plus nombreux à avoir conscience des conséquences néfastes du fast fashion sur notre planète” détaille Marine. Mais s’habiller tendance, grandes tailles et éthiques aujourd’hui, c’est quasiment impossible. On voit seulement maintenant apparaître après des années de
combats, des jolies marques de vêtements qui ne s’arrêtent plus au 40. Mon deuxième combat après la mode grande taille, c’est la mode éthique: je tente de promouvoir des petites marques et ouvrir le débat sur l’écologie pour faire évoluer les mentalités”.

“Je crois que certaines marques s’adaptent à cette tendance green car elles y voient une opportunité d’y faire du bénéfice. Mais que ce soit par stratégie marketing ou par réelle conviction, les marques ont tout intérêt à s’adapter et évoluer avec les nouvelles exigences de sa clientèle si elle veut être pérenne”.

Les réseaux sociaux, le reflet de soi ?

Au quotidien, Marine utilise les réseaux sociaux pour exercer sa passion. Si elle dit regarder le moins possible les statistiques, les chiffres continuent de l’impressionner. Mais la blogueuse a un regard très précis et pertinent sur la réalité des médias sociaux. “Les réseaux sociaux peuvent être très nocifs comme très bénéfiques. Moi, je trouve ça magique Instagram. Parce qu’Instagram c’est de l’échange de bons plans mais ce n’est pas que ça” raconte la jeune femme. “Ma vraie mission et là où ça devient magique pour moi, c’est quand quelqu’un me dis « Aujourd’hui j’ai osé mettre une robe courte grâce à toi ou “aujourd’hui j’ai osé mettre un décolleté alors que j’ai pas de poitrine”.

L’objectif ultime de Curvy Blue Marine est de décomplexer les femmes. De les révéler à elle-même pour qu’elles s’acceptent. C’est qu’elles réalisent et aient conscience de leur beauté. “J’utilise Instagram pour prôner toutes les valeurs que je véhicule au quotidien comme la tolérance, l’acceptation de soi, le développement personnel ou l’ouverture d’esprit” continue Marine. Puisque je vois les réseaux sociaux dans ce sens là, j’ai du mal à imaginer qu’ils contribuent à la société du paraître. Pour moi, il suffit de faire du tri dans les personnes que vous suivez et bien faire attention à comment ces comptes vous inspirent. Dans un sens, c’est vrai qu’on ne partage que le beau et que ce qui nous arrange. Mais c’est aussi pour contrer ce phénomène, de mes coups de mous à ma communauté”.

Marine tient à rester une personne humaine et authentique avec des moments de bonheur mais aussi des problèmes comme tout le monde. “Méfiez-vous des comptes trop parfait. Rien n’est jamais tout rose comme certains pourraient vous le faire croire” nous met-elle en garde.

“Les réseaux sociaux sont donc certes un moyen très en vogue pour faire du marketing et pousser à la consommation, mais c’est aussi pour moi justement l’occasion de remettre en question chaque chose qu’on consomme dans notre quotidien pour mieux consommer et surtout pour véhiculer des valeurs, plus qu’un mode de vie, une philosophie de vie“.

Une passion depuis toute petite

Désormais, la jeune adulte qu’elle est devenue n’a plus honte et ose mettre ses atouts en valeur. Elle se félicite également de voir la société évoluer dans le bon sens, où il existe des collections grandes tailles et des blogs modes consacrées à celles-ci. Évidemment, il reste encore un travail de fond à opérer. “Le culte du corps et de la femme parfaite est encore bien présente dans la société” . 

 « Par pitié, ne nous prenons plus la tête sur nos petits défauts, nos bourrelets. Cessons de croire que ce petit haut sur lequel on a flashé et que l’on adorerait porter ne nous ira pas pour un problème de trop grosse/petite poitrine ».

Pour la petite histoire, le penchant pour la mode de Marine provient de son enfance, grâce aux créations que lui confectionnaient ses grands-mères. « Depuis toute petite, je suis passionnée de mode. Cet intérêt a commencé très jeune grâce à mes grands-mères couturières qui me tricotaient/cousaient de jolis vêtements sur mesure. Elles avaient le souci du détail et m’ont transmis le goût des belles matières » nous explique Marine.

Sa grande passion était d’habiller ses Barbies et de leur aménager de jolies maisons. Une fois adolescente, c’était la même chose mais avec les Sims. “Aussi loin que je me souvienne, je changeais de looks 6 fois par jour et bougeais mes meubles de place tous les mois. Mon destin d’architecte d’intérieur et passionnée de mode était déjà tout tracé” conclut-elle avec humour.

Les réseaux sociaux de Curvy Blue Marine sont à découvrir ici :

Facebook en cliquant ici

Le blog en cliquant ici

Instagram en cliquant ici