Ce week-end avait lieu la journée du  « World Clean Up Day », en français, la journée mondiale du nettoyage du monde. A l’occasion, nous avons rencontré Starsky et Hutch, les explorateurs de l’environnement du 21ème siècle qui étaient de passage à Arlon.

Hutch, de son vrai nom Martin Hutchinson, parcourt le monde depuis 2006 afin de sensibiliser les gens à la cause environnementale. Après 34.000 kilomètres à pied, il a rencontré Starsky, un chien pas comme les autres qui l’accompagne désormais avec son vélo hors-normes.  Les deux explorateurs en sont à 14.000 kilomètres en deux roues et ont posé leurs valises à la caserne des pompiers d’Arlon ce week-end. Nous les avons rencontrés.

« Je suis sur la route depuis 12 ans maintenant et j’entame ma 13 ème année », nous raconte Martin, originaire de Manchester. C’est la troisième fois pour lui qu’il est en Belgique. « J’ai marché 34.000km à travers 21 pays en Amérique Latine. L’idée de la marche est de ralentir et observer la planète sur laquelle nous vivons. C’est une planète incroyable ! Mais plus je l’observe et plus je constate sa destruction. » Son but est donc de sensibiliser les personnes qu’il rencontre à la beauté de la planète et ô combien il est important de la préserver. Avec son chien Starky, qu’il a adopté au Portugal alors que celui-ci avait été abandonné près d’un canal, Hutch, comme il se surnomme a déjà visité plus de 600 écoles pour sensibiliser les plus jeunes « avec les moyens du bord ».

L’adoration des choses matérielles, la cause de notre perte…

À 57 ans, Martin dénonce l’éloignement que nous avons avec notre planète et l’adoration aux choses matérielles que nous portons. « Nous ne voyons plus la beauté qui émane de la Terre. Nous en sommes déconnectés et c’est la raison pour laquelle nous ne la respectons plus. Pourtant, c’est la plus belle chose au monde. Elle donne la vie, mais nous n’avons d’yeux que pour les choses matérielles.  Je veux d’abord apprendre aux gens à respecter la planète, car quand vous avez du respect pour quelque chose ou quelqu’un, vous en prenez soin ! »

Starsky, abandonné, adopté et maintenant au service de l’environnement!

Shootlux

D’ailleurs, Hutch prend soin depuis quelques mois de Starsky, son fidèle compagnon de voyage.  Starsky l’aide dans sa quête en ramassant les déchets et les mettant à l’arrière du vélo, jusqu’à ce que Hutch prenne le relais et qu’il trouve une poubelle pour les jeter.  « C’est un chien merveilleux. Il pense que c’est un jeu pour lui de ramasser les bouteilles vides ! »

Shootlux

«Le type de déchet ramassé en dit long sur la société… « 47 CANETTES de bières sur moins de 100 mètres en Belgique »

Les jours précédents, Martin descendait la province de Luxembourg en venant de Bastogne vers le sud. Il a constaté que d’innombrables déchets jonchaient les routes, comme sur la N4 par exemple. Pour lui, les déchets jetés sauvagement sont universels. Au Pérou par exemple, les autorités jetaient des camions entiers de déchets dans l’Amazone, cela l’avait particulièrement touché.

« Sur mon vélo couché, je vois les choses différemment, je suis à ras du sol. J’aimerais bien voir des fleurs et plus de nature le long des routes, mais il y a de plus en plus de détritus. Et ce qui m’inquiète en Belgique c’est le nombre de canettes de bières le long de la route. Cela montre que les gens boivent et conduisent en même temps. La beauté des déchets, c’est que vous pouvez y voir au travers l’attitude de la société dans laquelle vous êtes. Sur moins de 100 mètres, j’ai ramassé 47 canettes de bières ». Mais nous ne sommes pas les tristes gagnants du concours de déchets. Martin a également été particulièrement choqué au Portugal où sur moins d’un kilomètre, il a ramassé 431 bouteilles de plastique sur un seul côté de la route.

La Belgique aux yeux de Martin l’explorateur

« C’est un pays très intéressant du point de vue philosophique et social avec ses deux communautés qui essayent de vivre ensemble. Sur le plan de l’environnemental, je trouve que dans le sud c’est beaucoup mieux que dans le nord vers Anvers. J’ai une impression personnelle que c’est une influence de la France car ils font très attention à la propreté de leur environnement. En France, ils ont plus d’arbres, de fleurs dans leurs villages, surtout dans le centre du pays. » Avant de quitter notre plat pays, Martin a décidé de nettoyer les alentours de la caserne, et plus particulièrement les alentours du ruché. Il y a ramassé 36 canettes de bières dans les fourrés.

« Les gens laissent leurs déchets derrière eux alors qu’ils devraient être plus responsables et les reprendre avec eux. C’est juste une canette ici, mais vous allez  regarder autour de vous et c’est plein de déchets. Du coup, je ramasse et fais le travail de quelqu’un d’autre alors que les gens devraient le faire d’eux-mêmes. Quand vous prenez une canette, elle est lourde, une fois finie, il suffit de l’écraser, la ramener à la maison et la mettre à la poubelle.

Aujourd’hui, les explorateurs de l’environnement ont pris la route de Luxembourg. Ils passeront dans tous les pays d’Europe avant d’aller vers le Moyen-Orient, l’Inde et l’Asie. D’ici 2030, leur voyage devrait s’achever en Australie. Leur cause est noble.

« Les gens pensent que j’ai eu une expérience choquante qui m’a poussé à agir, mais non. J’étais pompier. Aujourd’hui, j’ai 57 ans. Je regarde en arrière et j’ai eu énormément de bons moments à découvrir cette planète et je veux que les gens aient la même opportunité ! »