Hier matin, il fallait prendre son mal en patience, avec plus d’une heure d’embouteillage et 19km de bouchon. La raison ? la construction d’une troisième bande de co-voiturage et la rénovation du revêtement. Plusieurs citoyens se sont sentis désemparés et appréhendent beaucoup les mois à venir. Voici la réaction de certains d’entre eux….

Pour Manu, les travaux vont coûter beaucoup d’argent.
« J’ai passé 6 heures dans les embouteillages,ces travaux doivent durer au minimum 3 mois, si les conditions météos le permettent, et bloquent le matin et le soir les 43.000 personnes qui se rendent au Grand-Duché du Luxembourg pour travailler. Depuis l’ouverture, il y a deux jours, j’ai passé personnellement 6 heures dans les bouchons, en partant à 6h30 du matin. Cerise sur la gâteau, la SNCB a été totalement incapable de faire partir ses trains vers Luxembourg. Nous sommes donc piégés à la merci d’un licenciement pour faute si cette situation devait perdurer. Si on valorise les heures perdues, 2 à 3 heures par jour à 35 euros de l’heure, on peut raisonnablement estimer le coût réel à 3 millions par jours. À cela ajouté le mécontentement des résidents luxembourgeois dont toutes les routes secondaires sont saturées…. »

«Les travaux mal pensés coûtent simplement 3 millions par jour à la société. »

Quelles solutions ?

  • Pour Pierre, l’idée d’un chantier 24 heures sur 24 serait une solution pour accélérer la cadence.

  • Envisager des voies qui changent de sens en fonction des besoins du trafic ? 
    3 voies vers Luxembourg le matin, 3 voies vers la Belgique le soir ? Comme cela existe en Allemagne, et aux Pays-Bas.
  • Le télétravail comme solution temporaire ?
    Malheureusement, les jours fiscaux sont limités à 24 jours pour les belges. Et par ailleurs, le télétravail est très souvent proscrit pour le secteur bancaire en raison de ses risques liés à la confidentialité, alors que ce secteur est un des employeurs majoritaires au Luxembourg.
  • Utiliser les transports en commun ?
    Dans la théorie, ceux-ci ne devraient être plus efficaces en ces temps d’embouteillages répétés, mais comme le rappelle une internaute, encore faudrait-il que la SNCB tiennent ses engagements. 

 

  • Un itinéraire bis pour le Kirchberg, devenir le roi de Google maps ?

Certains proposent tout simplement l’idée de travailler… en Belgique.

Et vraiment… pour les plus téméraires : Prendre son vélo !

Par ailleurs, si vous avez des questions concernant les travaux entre Stockem et le poste frontière, sachez qu’une boîte mail a été mise en place pour recueillir vos messages : dgo1-32@spw.wallonie.be

Bon courage à tous les frontaliers !