Le Hall Sportif et Culturel de Rouvroy accueillait hier soir un spectacle pour le moins original. Des étudiants ont remis au goût du jour Pinocchio.

C’est un spectacle particulier, drôle, émouvant et profondément marquant qui s’est déroulé hier soir sur les planches du Rox de Rouvroy. Au départ, un personnage : Pinocchio.  Bien connu pour ses mensonges, sa naïveté et sa prédisposition à s’attirer les ennuis, le célèbre personnage est inscrit dans l’imaginaire collectif. À l’arrivée, le spectacle « Pinocchio, un être en devenir », pensé, créé, mis en scène de toute pièce par des jeunes, futurs éducateurs spécialisés ou enfants hébergés à l’IMP de Ethe.

Ils ont voulu donner leur vision à eux de Pinocchio, évoluant dans un monde complexe, marqué par la pauvreté, monde dans lequel justement les tentations n’en sont que plus grandes. Diverses questions ont été abordées en filigrane de cette pièce : comment faire pour ne pas céder ? Qui croire ?  A qui donner sa confiance ?  Comment ne pas se laisser emporter par les beaux parleurs, les escrocs en tout genre et les invitations à la fête ?

Ce genre de projet s’appelle dans le jargon théâtral une création collective. Mise en place par 70 étudiants de la Haute École Robert Schuman en 3e année d’éducateurs spécialisés, et les enfants de l’atelier théâtre de l’IMP de Ethe, le spectacle est le fruit de plusieurs mois de travail acharné. La pièce fut écrite par les étudiants eux-mêmes, en s’inspirant de la version moderne de Pinocchio proposé par l’auteur français Joël Pommerat, qui s’est lui-même basé sur le texte original de Carlo Collodi. « Ils ont récrit ce texte en s’inspirant de Pommerat. Mais on est vraiment sur un Pinocchio contemporain. On essaye de toucher des thématiques de notre époque » nous explique Elise Sironval, professeur d’art plastique à l’HERS.

D’ailleurs, Elise n’en n’est pas à son coup d’essai en la matière. « Cela fait 10 ans qu’on travaille sur la création collective mais c’est la première fois qu’on sort de l’école. Auparavant, cela ressemblait davantage à un cabaret de fin d’année » nous explique-t-elle. « Aujourd’hui, on tourne autour d’un vrai texte et on collabore avec un metteur en scène. C’est la première fois qu’on fait ça de manière plus professionnel ».

Une dynamique de groupe qui créée des étincelles

Le début du processus de création remonte au mois de juin dernier, lorsque les étudiants participants au projet ont été invité à découvrir la version contemporaine de Pinocchio en lisant le bouquin de Pommerat. Dès le mois de septembre, les acteurs en herbe ont commencé à travailler les différentes scènes de leur future pièce de théâtre. « Ce sont eux qui proposaient les scènes. L’objectif était qu’ils expriment leur créativité ».

 

Elise et les élèves ont été accompagnés durant ce projet par Emilie Liégois, professeur de français. « Ensemble, on a essayé de travailler la créativité. Histoire d’essayer de retirer des choses intéressantes ».

Durant les trois jours qui ont précédé le spectacle au Rox, les étudiants se sont retrouvés en résidence en compagnie de Luc Jaminet, un metteur en scène professionnel. « On a travaillé avec un metteur en scène pendant trois journées entières pour peaufiner nos réalisations » nous confie une élève.

« Et honnêtement, ce qu’il s’est passé est assez fabuleux. On était dans l’énergie du groupe. Comme c’est une création collective, il y a tout le travail sur la dynamique de groupe et ce qu’il en ressort en fantastique »

Une pièce pour la bonne cause !

Au final, les spectateurs ont profité d’une pièce polyvalente et dynamique, faite de théâtre, mimes, jeux d’ombres, chants, danses, slams et autres intermèdes musicaux. Pour Elise Sironval, le spectacle était avant tout une formidable opportunité pour ses étudiants. « C’est un projet captivant pour mettre en avant la création. Et travailler avec un metteur en scène professionnel, qui connait les codes du théâtre, est d’autant plus intéressant lorsqu’on suit une formation d’éducateurs spécialisés »

 

Cerise sur le gâteau de cette soirée franchement pas comme les autres, les bénéfices du spectacle seront reversés à l’association Ensemble pour Calypso. Ce sont les élèves de 3e qui ont choisi de venir en aide à cette ASBL. Elle vient en aide à Calypso, une jeune fille de 15 ans diagnostiquée IMC (infirme moteur cérébrale). Dans
son cas, elle ne tient pas sa tête, ne tient pas assise et a un usage limité de ses bras et mains. Elle ne parle pas et présente des difficultés pour se nourrir. Scolarisée à l’IME de Chenières, elle est également suivie au quotidien par des kinés, ostéopathe, orthophoniste (logopède). Depuis sa naissance, sa famille se bat pour que Calypso puisse acquérir le maximum d’autonomie et pour l’aider à mieux vivre.

Depuis 2008, elle est suivie par l’équipe du Professeur Brucker, à l’hôpital de Miami. Elle y suit un traitement appelé Biofeedback. Il s’agit d’une méthode d’électro-stimulation. Ainsi, grâce à celle-ci, elle a déjà beaucoup progressé : meilleure motricité et meilleur tonus musculaire. Un prochain voyage aux Etats Unis est programmé pour 2019, et les fonds récoltés hier soir seront reversés aux parents pour financer le voyage.