Rafael, 17 ans, est revenu des championnats du monde d’escalade 16-17 ans qui se tenaient à Moscou. Il y a décroché une place en demi-finale

Après s’être classé 7ème lors de la première voie de qualification sur les 72 participants et 12 ème lors de la seconde, Rafael a abordé la demi-finale en 10ème position. “Ensuite, c’est celui qui grimpe le plus haut qui décroche sa place en finale”,explique-t-il, “et seuls les 6 premiers sont sélectionnés pour la finale”. Cela ne l’empêche pas d’être ravi de sa performance, qui n’est d’ailleurs pas la seule cette année, puisqu’il également terminé en demi-finale de la coupe d’Europe en mai dernier.

Habitué des compétitions internationales à l’étranger, il affirme que Moscou était le plus loin qu’il ne soit jamais allé jusqu’à présent, mais que voyager fait maintenant parti de sa vie. “En plus, j’ai rempli l’objectif que je m’étais fixé, même si la finale était à portée de main“, dit-il un brin déçu. Hispano-luxembourgeois, résidant à Mamer au Luxembourg et s’entraînant à L’Escale à Arlon, il est un des meilleurs grimpeurs de la région, confie son entraîneur, David Lequeux. “Je l’entraine pour la grimpe depuis 3 ans déjà et je suis très fier de lui, car à ce niveau de la compétition,  il faut avoir un mental de fou. Il  s’entraîne cinq à six fois par semaine, alors qu’il est encore étudiant à l’Athénée royal d’Arlon. Et puis, pour moi, c’est très valorisant, car quand tu travailles avec un athlète qui fait des résultats et qui s’en donne la peine. Ça vaut le coup!”

Des muscles dans la tête et dans les bras

En effet, Rafael ne réussit pas seulement sur le plan sportif, car il sait qu’au fond, il est presque impossible de vivre de ce sport. Du coup, il travaille également dur à l’école où son option reflète sa combativité. Sciences fortes et math fortes sont ses options. Désormais en rhéto, il a comme projet pour cette année de regarder vers le haut, car le vertige, il ne connaît pas. En septembre prochain il ira Kranj en Slovénie une coupe du monde sénior. “Je le vois plus comme un entraînement qu’aller chercher un résultat”. L’année 2019 s’annonce aussi  riche en expérience puisqu’il entamera une formation en escalade.

“À côté de cela, j’aimerais aussi réussir une voie en falaise qui me fait de l’oeil près de Berdorf (la petite Suisse luxembourgeoise). Pour les connaisseurs, cette dernière est classée 8B. “ C’est l’une des voies les plus difficiles en extérieur de la région”.  On lui souhaite bonne chance pour la suite et de prendre la bonne voie!