Hélène Scholsen, originaire de Wolkrange, est une joueuse de tennis qui pourrait bien nous réserver de jolies surprises dans le futur. Elle est actuellement dans le top 400 mondial.

Le tennis est une discipline exigeante, pratiquée par de nombreux adeptes, mais où une infime partie parvient à côtoyer le gratin mondial. Alors quand il s’agit d’une joueuse de notre région, l’exploit est d’autant plus retentissant. A 22 ans, Hélène Scholsen est classée à la 410e place mondiale en simple au classement WTA, et 220e en double. Une performance de choix pour la sportive native de Wolkrange, dans la commune de Messancy.

Preuve de son talent, Hélène Scholsen a atteint la finale la plus prestigieuse de sa carrière samedi dernier au tournoi ITF Kyotec Open de Pétange. Disputé en indoor, et doté d’un prize money de 25.000$, ce tournoi fait partie de la tournée internationale du ITF Women’s Circuit. Si la jeune femme s’est inclinée 6/2 – 6/1, elle avait face à elle la Luxembourgeoise Mandy Minella, l’actuelle 111e joueuse mondiale.

« Je tiens à féliciter Hélène. Surtout pour la qualité de son tennis. Nul doute qu’elle va bientôt faire un bond dans le ranking mondial » a souligné minella, l’ancienne 66e joueuse mondiale.

Du côté de la Messancéenne, l’émotion était à son apogée. Si elle s’excuse presque de ne pas avoir joué une meilleure finale, la joueuse affiliée au club de Tennis de Pétange confirme que cette expérience restera gravée à jamais sans raquette. « Je me suis peut-être mis trop de pression, dans cette première finale à ce niveau, dans mon club, devant autant de monde, ma famille, mes amis. Mais cela restera un souvenir fabuleux dans ma carrière, un moment que je n’oublierai jamais » avait-elle confiée à nos confrères de L’Avenir.

Une progression constante

Les aficionados de la petite balle jaune vous le certifieront : faire son entrer dans le classement ATP (chez les hommes) ou WTA (chez les femmes) est une déjà une prouesse en soit. Se tenir et progresser place après place pendant plusieurs années en est une autre.

Hélène Scholsen, elle, a débuté sa carrière professionnelle en 2013, avec deux quarts de finale dans des tournois mineurs. Alors au-delà du top 1000, elle fait un bond considérable en 2015 grâce ses résultats constants et atteint la 639e place. L’année suivante, la dynamique se confirme avec quatre finales, dont une première victoire au tournoi de Rebecq, en Belgique. En fin de saison, elle pointe au 493e rang.

Et puis vient l’année record : en 2017, la membre du team professionnel de Garisart affiche un niveau de jeu de très bonne facture et ses efforts sont récompensés, puisqu’elle se hisse à la 394e place mondiale, son meilleur classement jusqu’ici. Cette saison, celle qui rêve un jour de participer aux qualifications des Internationaux de France de Roland-Garros, a soulevé le trophée à deux reprises et espère bien ne pas s’arrêter là.

À l’heure d’écrire ses lignes, Hélène Scholsen est en Biélorussie pour disputer le tournoi de Minsk, aussi prestigieux que celui de Pétange selon la classification de l’International Tennis Federation (ITF). Regonflée à bloc, la joueuse pourrait rapidement exploser dans les mois qui viennent et se rapprocher petit à petit de l’élite mondiale.