Le nouveau gouvernement luxembourgeois a présenté ce jeudi les grands points de son programme de coalition. Parmi ceux-ci, la légalisation du cannabis récréatif.

Ce jeudi 29 novembre, Xavier Bettel et les chefs des différentes formations politiques s’étaient donnés rendez-vous pour présenter les grands mesures phares du gouvernement Gambia II, qui rempilera pour une nouvelle législature jusqu’en 2023. Ces mesures découlent de l’accord de coalition négocié pendant plusieurs semaines entre les trois partenaires de la majorité, à savoir le DP, LSAP et Déi Gréng.

C’est un programme ambitieux et moderne, une politique de réductions des inégalités”, a déclaré Xavier Bettel, formateur et sans doute futur Premier ministre.

C’est à la législation de s’adapter à l’évolution de la société”

Le cannabis légalisé

Les grandes mesures annoncées par le futur gouvernement se veulent ambitieuses et risquent fort bien de plaire aux citoyens luxembourgeois et aux entreprises. Voici les plus marquantes :

  • Le salaire minimum augmentera de 100 euros dès le 1er janvier (ou rétroactivement selon le timing d’adoption du texte)
  • Les transports en commun, l’accès aux maisons relais et l’enseignement musical pour les enfants seront gratuits.
  • Les salariés bénéficieront également d’un 26e jour de congé, auquel s’ajoutera un jour férié, le 9 mai.
  • Diminution du taux d’impôt de 1% pour les entreprises.
  • Création d’un ministère de la digitalisation
  • Baisse de la TVA lors de la rénovation d’une maison et sur les produits d’hygiène.

Enfin, l’une des décisions très remarquée de ce nouveau gouvernement est la légalisation du cannabis récréatif. La mesure survient quelques mois après l’introduction du cannabis thérapeutique. Le Grand-Duché de Luxembourg devient ainsi le premier pays Européen à légaliser la substance, et le troisième au monde après l’Urugay, certains États américains et le Canada.

“C’est un programme très complet qui pense aux gens”, résume pour sa part Corinne Cahen, chef de délégation DP. «Il est encore plus ambitieux qu’il y a cinq ans», ajoute-t-elle.

Toutes ces priorités doivent encore être validées par les partis mardi prochain, lorsque l’accord de coalition sera soumis au vote des députés. Si tout se déroule comme prévu, le futur gouvernement (dont la composition n’a pas été évoquée jeudi), devrait prendre ses fonctions mercredi.