Contrairement à l’année 2017, la récolte de pommes s’est révélée bien plus prolifique en 2018.

Des conditions météorologiques plus clémentes…. (pas de gel tardif et un printemps chaud) constituent les principales explications de cette réussite.

Malgré pas mal de pertes estivales, principalement dues à la sécheresse, le ramassage des pommes est au-delà des espérances pour les producteurs. « Nous avons perdu entre 8-10 tonnes de pommes, soit pourries ou immatures en début de saison » nous a confié Didier Munaut, le patron du « Verger de Gaume » à Virton. « Mais, au final, cette année s’avère être presque trop bonne », conclut Didier Munaut. Il déclare même avoir même refusé les pommes de certains clients en vue de leur pressage. « Le pressoir est fermé jusqu’au 1er octobre, nous avons reçu trop de pommes. Nous travaillons désormais à guichet fermé ».

“C’est une année exceptionnelle ! Les rendez-vous sont déjà pris jusque fin octobre.”

Même son de cloche au pressoir d’Halanzy où les récoltes fructueuses de cette année font tourner les pressoirs à plein régime. Le premier week-end d’ouverture, 14 tonnes ont été pressées en 48 heures.  « C’est une année exceptionnelle ! Les rendez-vous sont déjà pris jusque fin octobre. Comme toute bonne année, on pressera sans doute jusqu’en novembre »
Les journées sont longues. Les producteurs pressent environ 10h par jour.

Bref, à n’en point douter, 2018 restera dans les mémoires comme une année à succès pour la pomme ! Le soleil d’été a généreusement arrosé de rayons les pommes. Ces dernières se voient octroyer d’un dosage en sucre rarement observé ! Cependant, le goût n’est pas particulièrement différent des autres années.

Enfin, rappelons que le pressoir Munaut à Virton, de Halanzy ainsi que celui de Rachecourt sont accessibles au public et aux particuliers sous réservation, en général un mois à l’avance. Dès lors, pour ceux qui voudraient s’y prendre maintenant, cela risque d’être compliqué d’obtenir ce précieux nectar tant apprécié par les enfants.