Les organisateurs du festival bertrigeois ont annoncé ce vendredi 30 novembre la première tête d’affiche de la huitième édition.

Après sept éditions, le Luxair Baudet’stival fait sans nul doute partie de la cour des grands. Et il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, puisque les organisateurs viennent de frapper un grand coup ce vendredi 30 novembre en levant le voile sur l’identité de la première vedette qui animera la huitième édition. Celle-ci aura lieu du 12 au 14 juillet 2019.

La première star n’est d’autre que Kendji Girac. Le compositeur et interprète d’Andalouse, Color Gitano, Conmigo, Me Quemo ou encore Maria Maria, se produira dans le centre-ville de Bertrix le vendredi 12 juillet. Il viendra sur scène défendre son dernier album Amigo. Ce sera même le premier passage du grand gagnant de la saison 3 de The Voice France dans le village ardennais.

L’an dernier, la Baudet’stival avait marqué les esprits avec une programmation riche et éclectique. Calogero, Cali, Louane, Loïc Nottet, Kyo ou Henri PFR s’étaient succédés sur la scène de la Place des Trois Fers. Le record de fréquentation avait été battu avec près de 20.000 festivaliers sur les trois jours. « Notre budget artistique a augmenté de 60%, nous avons un nouveau site internet, un système de paiement amélioré, des partenaires et des bénévoles fidèles…», avait expliqué à l’époque Mathieu Rossignol, le directeur du festival.

Les préventes déjà en vente

« Cette affiche, digne d’un grand festival, est le travail de toute une équipe qui a eu un fameux courage et une sacrée audace de se lancer ce défi plus que risqué. Je voudrais attirer l’attention sur le fait qu’il y a une ambition énorme sur ce festival, fait de grosses têtes d’affiche » notait pour sa part Charles Gardier, le directeur des Francopholies de Spa, de passage à Bertrix.

Pour rappel, c’est en 2012 que Bertrix-Initiatives a mis sur pied le Baudet’stival, avant que l’organisation ne soit reprise par une SPRL privée deux ans plus tard. D’un budget initial de 100.000€, le festival peut aujourd’hui compter sur une manne de 900.000€. Un investissement colossal, mais qui permet à la petite belge ville de se distinguer et d’attirer des artistes internationaux, ce dont ne peuvent pas se targuer tous les festivals. « Cet investissement est bien pensé et bien analysé », soulignait en 2018 Mathieu Rossignol

En cru 2018, le budget artistique était de 500 000€, soit une hausse de 60% par rapport à l’année dernière. À côté de cela, 70 000€ ont été consacrés pour la pub payante et la campagne de communication, 120 000€ pour la technique (scène, infrastructures, chapiteaux, écrans…), 10 000€ pour l’accueil et le logement des artistes, 30 000€ pour la sécurité et enfin, 35 000€ pour la billetterie.

Si vous ne résistez pas à l’envie de danser sur les plus grands tubes aux couleurs des traditions gitanes, sachez que les billets sont d’ores et déjà en vente. 1.000 tickets à 40€ pour le vendredi et 1.000 tickets 3 jours à 90€ sont mis à disposition dès ce vendredi 30 novembre en CLIQUANT ICI.