Suite aux derniers événements très difficiles à encaisser pour les éleveurs porcins de Gaume et de lorraine belge, la fédération des jeunes agriculteurs du Sud-Luxembourg a organisé ce samedi une dégustation de cochon à la broche dans la cour de l’hôtel du Nord.

« Quand ce n’est pas le bœuf, c’est le lait, si ce n’est pas le lait, c’est le porc. Maintenant il y en a marre ! Ici, on veut marquer le coup et faire du bruit. »

En partenariat avec la Ville d’Arlon, l’APAQ-W et la PQA, Thomas Gobert, Nicolas Bechet et Killian Gofflot ont eu l’idée de faire l’événement. L’initiative a pour but, explique Thomas, président de la fédération des jeunes agriculteurs, «  de soutenir les éleveurs un maximum. »

Pari réussi pour l’événement de soutien aux éleveurs ! 

Sur le coup de midi c’était la grande foule dans la cour de l’hôtel du Nord, le tout dans une ambiance conviviale et décontractée, les participants ont pu échanger avec des éleveurs de la région et comprendre les réalités et certains enjeux de la peste porcine sur les agriculteurs et la consommation.

« C’est vraiment un événement solidaire et symbolique envers les éleveurs de la Province du Luxembourg. On ne veut pas faire de bénéfices, même si on a des coûts pour la préparation des cochons etc… »

Un secteur  : « La Wallonie ne veut plus de petits éleveurs. »

Selon Thomas, cette décision d’abattre les porcs d’élevage est purement politique. « Je suis producteur et chasseur, je sais ce qu’il se passe dans les deux domaines. La Wallonie ne veut plus de petits éleveurs comme nous. C’est trop de papier pour ce que ça rapporte. Ils privilégient les grands élevages car ça rapporte plus ! A cause de cette histoire, la moitié des éleveurs ne reprendront pas l’élevage du cochon. Là, on est parti pour 3 ans… ».

Enfin, rappelons qu’il n’existe aucun vaccin pour la peste porcine africaine et que son taux de mortalité est très élevé, souvent proche de 100%. Inoffensif pour l’homme, il provoque des hémorragies internes chez l’animal. Aucun vaccin n’est attendu avant 2027.